Comment travailler en Suisse quand on est Français ?

Travailler en Suisse pour un français peut se manifester sous trois formes : frontalier, expatrié ou alignement en tant que Suisse. Afin de pouvoir jouir de tous les avantages que le travailler en Suisse offre, il faut bien être en règle vis-à-vis de l’administration publique.

La langue

La maîtrise de la langue est très importante lorsque l’on décide de s’investir dans le monde professionnel surtout si cela implique de l’exercer dans un autre pays. À savoir que 20% des Suisses parle en Français. Ses Francophone sont pour la plus part installé dans la Ouest du pays. Pour les personnes qui ne souhaitent pas être dépayser, il est mieux de se trouver un petit bout de terre dans cette région de la Fédération Suisse.

Les permis de travail

Lorsque l’on s’oriente vers d’autres pays pour exercer un métier, l’obtention d’un permis de travail est essentielle. Si pour d’autre pays, la procédure est assez compliquée, la Fédération Suisse, quant à elle, a facilitée au maximum les démarches administratives, principalement pour les ressortissants de pays membres de l’Union Européenne. Pour le permis de travail, il existe trois variantes. Le permis de courte durée ou L : pour un séjour supérieur à trois mois et ne dépassant pas les un an sur le territoire Suisse. La durée peut être renouvelée mais au-delà d’une durée de trente mois, il est automatiquement transformé au permis B. Deuxièmement, le permis B dit autorisation de séjour. Délivré en priorité au ressortissant de l’Union Européenne, le détenteur du permis B doit au minimum résider et travaillé sur le territoire Fédéral un an. Cette autorisation est valable pour cinq ans, au-delà, il passe dans une autre catégorie d’autorisation. Et enfin, le permis d’établissement ou le permis C. Les conditions d’obtention de ce permis C sont : résider sur le territoire Fédéral, être originaire d’un pays de l’Union Européenne et avoir un contrat de travail à durée indéterminée et enfin, justifier un séjour en Suisse les cinq dernières années. L’obtention de ce permis permet l’alignement au même titre qu’un ressortissant Suisse, permettant ainsi d’accéder à des métiers du secteur libéral.

Permis exceptionnel pour les Français

Une des spécificités du travail en suisse est la possibilité d’y travailler et de retourner en France à la fin du contrat. Pour ce type de personne, il existe un permis spécial dit permis G, connu sous la dénomination frontalier. Il est accordé aux personnes originaires d’un des pays de l’Union Européenne qui viennent travailler en Suisse. Pour cela, il faut avoir un contrat de travail et justifier d’une présence d’au moins une fois par semaine chez soi. Pour le permis G, la durée de validité est de cinq ans et moins si le travail a une durée de moins d’un an.

Quel est le coût de la vie en Suisse ?